Répondez à l'enquête sur l'extinction nocturne de l'éclairage public

La municipalité vous propose de répondre à une courte enquête sur le thème de l'extinction partielle de l'éclairage public.

Catégorie : Environnement

Publié le

Vous pouvez répondre au questionnaire en ligne, en suivant ce lien.

Pour les personnes qui le désirent, le formulaire en version papier est disponible en Mairie.

Date limite des réponses : le 31/08/2021.

 

L’Eclairage Public : qualité de nuit, qualité de vie

Une campagne de rénovation a été lancée ces dernières années sur le territoire de notre commune, afin de remplacer les lampes les plus énergivores et nocives pour l’environnement par des éclairages LED avec baisse d’intensité en milieu de nuit.

Ainsi, 74 points d’EP ont été changés en 2018 lors de la tranche 1, et 61 points d’EP en 2019 lors de la seconde tranche de rénovation. La municipalité poursuit ces travaux. La troisième tranche est d’ores et déjà prévue à l’automne 2021, avec le remplacement de plus de 50 points lumineux, pour un budget global de 45.000 EUR HT, dont 11.250 EUR de subvention par Territoire Energies 38, et 19.000 EUR de subvention par la communauté de commune des VDD. La quatrième et dernière tranche de travaux sera réalisée début 2022.

Pour aller plus loin…

La municipalité souhaiterait mettre en œuvre une plage d’extinction nocturne de l’éclairage public, sur un horaire adapté à la vie de ses habitants. Pourquoi ?

  • Pour réaliser des économies budgétaires : L'éclairage public (EP) est un poste majeur de dépense pour les communes d’énergie d’une commune. Dans le contexte financier actuel contraint, la question de l’extinction nocturne de l’éclairage public devient fondamentale. Celle-ci représente un fort gisement d’économies financières simple à mettre en place. En éteignant 5 à 7 h par nuit on peut réaliser entre 30 et 40% d’économie sur la facture d’électricité.
  • Pour limiter la consommation d’énergie : Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et les déchets toxiques, et pour préserver les ressources naturelles et diminuer la dépendance aux sources d’énergie importées (pétrole, uranium, gaz, etc..),
    Un potentiel de 40 à 75% d’économies d’énergie est dès aujourd’hui possible en modernisant les installations et en paramétrant une extinction nocturne.
  • Pour protéger la biodiversité : Un environnement nocturne est essentiel pour toutes les espèces, notamment parce qu’il contribue à leur bon fonctionnement physiologique et à leur rythme biologique. Éclairer la nuit a donc un effet néfaste sur la faune et la flore. Le développement des éclairages publics participe à la destruction et à la perturbation du cycle de reproduction de certaines espèces nocturnes tout en les rendant plus vulnérables face à leurs prédateurs.
  • Pour garantir une meilleure qualité de nuit et protéger la santé humaine : L’alternance jour-nuit est essentielle aussi pour l’homme. L’être humain est un animal diurne, qui a un rythme biologique bien défini : actif le jour et se reposant la nuit. Pour être en bonne santé, ce rythme doit être respecté. Il faut donc prévenir les lumières intrusives la nuit.
  • Pour préserver le ciel nocturne : les halos lumineux qui entourent les communes trop éclairées limitent l’observation du ciel.

Un compromis est donc à trouver entre la nécessité d'éclairer les activités humaines, à un coût raisonnable, et la préservation de la biodiversité, la santé et les paysages nocturnes.

Plus de 12 000 communes passent déjà la nuit dans le noir en France, sans augmentation de la délinquance. De plus, les statistiques indiquent que 80 % des vols et agression ont lieu en plein jour. L’extinction permet également de limiter les regroupements de personnes sur un lieu. Autre constat : en abordant un secteur peu ou pas éclairé, les automobilistes ont plutôt tendance à décélérer ou même freiner afin d’être plus attentifs à l’état de la chaussée et à leur trajectoire.

De plus, les moyens techniques actuels permettent d’adapter assez finement ces mesures d’extinction nocturne, que ce soit sur les plages horaires ou sur les zones d’extinction (pas d’extinction sur les zones couvertes par la vidéosurveillance par exemple).

Nombre de communes voisines ont déjà franchi le pas. Alors pourquoi pas Dolomieu ?